Toucher la peinture comme la peinture vous touche – Écrits et entretiens 1970-1998

J’emploie le mot « toucher » par rapport aux notions de « dedans » et de « dehors » et dans le sens où l’emploie Molière. Je voudrais toucher la peinture comme la peinture vous touche. “La toucher”, je le dis comme on aime une femme. (E.L.)

Date de publication : 18 mars 2022
Format : 16 x 20 cm
Nombre de pages : 208
ISBN : 978-2-85035-068-9
Prix : 20 €

On ne peut parler de Leroy sans avoir à l’esprit les indications qu’il délivre dans un savant désordre, un ordre rebelle à tout programme et qui ne vaut que pour lui. Des déclarations souvent provocantes, non dénuées d’espièglerie, d’une humilité à la Rouault où s’exprime parfois par bouffées une émotion profonde liée au souvenir de personnes qui lui furent chères ou à l’urgence de ce qu’il ne peut exprimer. Leroy, quand il renonce à des développements où parfois il se perd tant ils éveillent contradiction et révolte, sait voir et faire voir avec intensité parce qu’il sait recevoir et donner. Il nous invite surtout, sans les contredire pour autant, à donner un sens plus précis à des termes qui viennent spontanément pour évoquer ses toiles, l’épaisseur, la lourdeur, l’accumulation – il préfère nous parler d’une « respiration lumineuse ».
Sa peinture serait donc cette langue de la réalité intérieure que l’on entend sans pouvoir la traduire, que l’on ressent sans pouvoir la définir, que l’on voit sans pouvoir la décrire.
Une bonne partie de ses déclarations visent à récuser les termes critiques en usage qui concernent le style, la forme, le sujet et plus encore les notions auxquelles il a pu donner l’apparence d’une caution, la sensualité flamande d’un homme du Nord en particulier qui n’est pas ce que l’on croit. Avec vivacité, impatience, il corrige et il se corrige, cherchant à dire ce qui ne peut pas être dit et qui est pourtant là, à portée du regard.
Difficile de ne pas voir en lui quelqu’un qui récuse sans façons la culture dominante de son temps, celle des sciences humaines. Celle qui a mis en cause la peinture et veut établir pour toutes choses une grille d’analyse et l’empire du concept. Sa vie est ailleurs, avec Montaigne, Rabelais, Rimbaud, avec Proust et Joyce, avec Villon ou Virgile plus encore que Platon, avec Thomas Bernhard, Molière et Shakespeare plus encore que Samuel Beckett.

Les auteurs

Eugène Leroy (1910-200) a poursuivi pendant plus de cinquante ans une œuvre singulière, singulière parce qu’elle semble n’avoir été marquée par aucun des courants majeurs qui ont traversé cette période et qu’elle s’est établie dans une continuité sans rupture. Si l’on peut percevoir, dans les peintures des années quarante et cinquante, quelques réminiscences du siècle (de Marquet à Fautrier), c’est avant tout avec la peinture ancienne que cette œuvre entretient un dialogue (Rembrandt, Velásquez, Chardin, Delacroix…), par la thématique du sujet - paysages, portraits et autoportraits - et surtout par sa problématique : comment représenter un corps, quelle est la relation entre la peinture et la chair, qu’est-ce que la peinture montre du visible… ?

Écrits d’artistes

Passé le moment des avant-gardes, la discussion sur l’art est abandonnée aux professionnels du discours, et l’on oublierait presque que les artistes sont les premiers à penser leur pratique, que la peinture et la sculpture pensent. Réflexions, propos, notes, journaux, correspondances ou entretiens : la collection « Écrits d’artistes » entend actualiser ce fonds d’une grande richesse, bien souvent ignoré, pour donner à entendre la voix des praticiens de l’art.

Once the moment of the avant-garde is gone, discussions on art are left to the speech professionals. Then, one could nearly forget that artists are the first to consider their practice, that painting and sculpture think. Reflections, remarks, notes, diaries, correspondences or interviews : the collection “Writings by artists” aims to update this considerable fund, frequently ignored, to give a voice to the practitioners of art.