Manet

Manet, accoucheur « impersonnel » de l’art moderne ? Paru pour la première fois chez Skira en 1955, ce Manet-là est celui de Georges Bataille – et donc une œuvre en prise directe sur les débats esthétiques de son temps, dont elle parle aussi le langage. C’est ce qui lui confère sa singularité impérissable, ainsi que sa portée historique.
Aimer David, ce titre n’est pas pour Alain Jouffroy l’aveu d’une tocade mais l’énoncé d’un programme. Cet essai paru en 1989, pour les 200 ans de la Révolution et parallèlement à la grande rétrospective consacrée à David au Louvre, s’inscrit dans un plus vaste engagement de l’auteur pour, à l’encontre de la proclamation de la mort du sens sous la «  tyrannie esthético-morale du nihilisme », renouer le fil d’une « nouvelle peinture d’histoire » signifiante dont il voit les continuateurs en certains peintres de la figuration narrative et, en David, le grand initiateur. Il s’agit donc de revenir à ce que fut ce dernier avant de devenir dans notre esprit le peintre des images glacées de nos livres d’histoire : l’homme d’une révolution politique et esthétique.

Préface de Michel Surya.

Date de publication : 14 mai 2021
Format : 11,5 x 16 cm
Nombre de pages : 160
ISBN : 978-2-85035-023-8
Prix : 7.5 €

Manet ne cria pas, ne voulut pas s’enfler : il chercha dans un véritable marasme : rien ni personne ne pouvait l’aider. Dans cette recherche, seul un tourment impersonnel le guida.
Ce tourment n’était pas celui du peintre isolément : même les rieurs, sans le comprendre, attendaient ces figures qui les révulsaient mais qui plus tard empliraient ce vide qui s’ouvrait en eux.

Le Manet de Bataille est presque un personnage. Personnage littéraire d’abord, ami des plus grands poètes et écrivains de son temps, Baudelaire, Zola, Mallarmé, qui tous lui ont écrit ou ont écrit sur lui. C’est à ces sources privilégiées que s’abreuve Bataille pour dépeindre un Manet déjà romanesque, quoique falot : « un homme du monde, à vrai dire en marge du monde, en un sens insignifiant », « au-dedans, rongé par une fièvre créatrice qui exigeait la poésie, au-dehors railleur et superficiel », « un homme entre autres en somme, mais charmant, vulgaire… à peine. »
Manet utilité, donc – mais en même temps nécessité de l’histoire de l’art, « instrument de hasard d’une sorte de métamorphose », homme par qui le scandale arrive bien malgré lui, initiateur innocent de la « destruction du sujet » : « c’est expressément à Manet que nous devons attribuer d’abord la naissance de cette peinture sans autre signification que l’art de peindre qu’est la “peinture moderne”… C’est de Manet que date le refus de “toute valeur étrangère à la peinture”. » C’est alors en continuateur des grandes exégèses de Valéry et surtout de Malraux que Bataille s’exprime.
Là où il est tout entier lui-même, et inimitable, c’est dans les intuitions par lesquelles il traverse l’œuvre du peintre comme la foudre, appuyant sa vision sur une sélection de tableaux qu’il légende avec brio. À supposer que ce Manet ne soit pas le vrai, il n’en possède pas moins sa valeur propre.

Les auteurs

Auteur d’une œuvre s’aventurant dans l’anthropologie, la philosophie, l’économie, la sociologie et l’histoire de l’art, Georges Bataille (1897-1962) est l’un des écrivains les plus singuliers du XXe siècle.

Studiolo

Une collection de « livres de poche » (petits formats, petits prix), consacrés à l’art. Des livres illustrés, rééditions d’ouvrages épuisés ou publications inédites. Monographies, écrits d’artistes, essais.